Err


Pierre Joubert - Editions DelahayeVladislav KRAPIVINE
LE GARCON ET LE LEZARD
Cycle du Pigeonnier dans la Clairière Jaune
 
Iar Rodine, cosmonaute chevronné originaire de la Terre, a définitivement abandonné son vaisseau spatial et toutes chances de retour, pour défendre la Planète de ses nouveaux amis, ces ados qui l'avaient « enlevé », la Planète étant mise en danger par les expérimentations à l'échelle cosmique des maniaques galactiques. Un de leurs chefs mystérieux, le Maître, prend contact avec Iar pour lui demander sa collaboration.
En effet, malgré le danger que Iar présente pour eux, le Maître laisse entendre qu'il peut leur apporter une aide efficace dans leur mainmise sur la galaxie entière. Le Maître ne se rendait pas compte qu'il donnait ainsi à Iar un sérieux fil conducteur…
 
Parallèlement, sur Terre, à Vielmont, trois autres ados, conseillés par un tout jeune petit robot, facétieux et indiscipliné, Jeannot, conspirent à leur manière contre ces créatures indésirables. Ils espèrent ainsi compenser le départ prématuré de leur ami Iouri, à la recherche de son père qu'il croyait perdu dans l'espace et le temps. En effet, il pourrait très bien ne jamais le retrouver à cause du temps refermé sur lui-même par l'ingénieux adversaire. Pourtant les facéties de Jeannot risquent de tout faire capoter.
Collection Signe de Piste - Roman : 11 ans et plus
EAN : 9782350470658



 

"Voici le dernier volet de la trilogie «Le Pigeonnier dans la clairière jaune»

Celui qui dévoile le dénouement des aventures de Yar, Iouri,, Edouard, du robot Jeannot et de ses amis. Ce petit robot qui apporte l'humour et la fantaisie indispensable pour traiter d'un sujet aussi grave que la révolution.

Pour mémoire : Iar Rodine cosmonaute russe avait été enlevé par un groupe d'enfants en révolte (sur leur planète qui ressemble étrangement à la terre, mais à une autre époque) contre les envahisseurs, ces intelligences supérieures venues d'une autre galaxie qui font régner l'ordre et l'esclavage. Ils empruntent les formes humaines les plus curieuses et s'introduisent ainsi dans les mannequins, les statues, les clowns fait de bric et de broc, ils se font appeler «ceux qui ordonnent».

Iar abandonne définitivement son vaisseau pour participer à la résistance, conscient que c'est la galaxie toute entière qui est en danger.

Dans le même temps, sur terre, 3 ados et Jeannot, le robot facétieux doué d'une intelligence supérieure, cherchent à retrouver Iouri qui lui-même a perdu son père dans l'espace temps.

Avec Edouard, le journaliste révolutionnaire, les deux équipes vont se retrouver et unir leurs forces pour vaincre Le Maitre et ses sbires.

Des enfants en révolte contre l'autorité de «ceux qui ordonnent», d'autres enfants victimes ou vivants devenus des Ventelets qui tourbillonnent et peuvent à volonté redevenir humains l'espace de quelques instants, un curieux robot fait d'une caisse, de membres en fil de fer et doué de la vie éternelle grâce à l'étincelle vivante qui l'anime, un cosmonaute venu de la terre, un journaliste égaré de son plein gré dans le temps et chef de la résistance, des envahisseurs habitant des corps de mannequins ou de statues pour asservir et diviser le peuple de cette planète…Tel est l'univers que nous décrit Vladislav Krapivine. Un univers qui pourrait être celui d'Alice au pays des merveilles adapté au monde actuel et futur.

Mais le sujet est plus grave, le temps n'existe plus…le rêve pourrait tourner au cauchemar si le talent du conteur ne nous passionnait pour ces enfants, ces Ayacks d'un temps futur, désireux de recouvrer leur liberté et celle de leurs parents.

Fidèle à sa ligne de conduite, et toujours en évoquant un monde imaginaire et onirique en proie à la révolte contre l'autorité déclarée, Krapivine nous délivre un message et nous met en garde contre toute forme de dictature , fut-elle morale, au nom d'une politique, d'une philosophie voire d'une religion et de toute forme d'intégrisme générant l'esclavage du peuple au profit d'un petit nombre qui détient le savoir et, par là, le pouvoir.

Il met en garde contre l'accablement de ceux, qui accueillant les nouveaux maîtres, se soumettent et acceptent leur domination croyant trouver la solution à toutes leurs craintes et aux problèmes quotidiens que pose la liberté, dont entre autres la sécurité. N'y retrouve-t-on pas là une allégorie de la montée du nazisme dans les années de l'avant guerre, succédant au chaos et à la ruine, pour entraîner les pays dans un chaos encore plus dramatique.

C'est ce que j'aime tout particulièrement chez cet auteur qui, par l'intermédiaire des enfants ou des ados, les héros de ses récits, fait passer un message mettant en garde contre les dictatures .

J'ai lu dans une de ses critiques russe qu'on disait de lui qu'il était un des trop rares auteurs à toucher aussi bien les enfants que les adultes, que ce soit par ses histoires proches du fantastique (héroïc-fantaisy) que par la morale qui en découle.

Par ailleurs son style, et celui, fidèle, de ses traducteurs, est clair, facile à déchiffrer, grave souvent mais jamais départi de cette poésie présente dans toute son œuvre mêlant onirisme, science fiction, et bonne humeur.

A l'instar du jeune enfant jouant avec le lézard qu'il a pu apprivoiser, le lecteur se laissera très vite entraîner par ce récit en retrouvant le gout de jouer à retrouver quelques similitudes entre l'imaginaire et la vie contemporaine. Une sorte de grand jeu dont la liberté d'être et de penser est l‘unique objectif.

« Le Garçon et le Lézard» est une œuvre magnifique qui prouve que Vladislav Krapivine est l'un des maîtres incontestés de la littérature pour jeunes."
 
Michel Bonvalet 2011